Il était un petit navire...

    Cotre d’une longueur hors tout de 6 mètres, d’une largeur de 2,25 mètres, conçu pour le chalutage et la drague des pétoncles et coquilles Saint Jacques devant les côtes vendéennes et le pertuis breton. Ce bateau, né en 1942, dans les chantiers navals Legrand, situés aux Sables-d’Olonne, vécu une rude carrière à la pêche menée par plusieurs générations de pêcheurs, en plus du chalutage il lui arriva de poser des casiers ou tirer des lignes afin de sortir maquereaux, lieux, bar…  

    Sa voilure de 33 m² composée d’une grand-voile aurique, d’un flèche, d’un foc et d’une trinquette, qui lui donna toute la puissance nécessaire aux efforts de traction de la drague, lui offre aujourd‘hui le « moteur » qui lui permet de figurer en bonne place aux arrivées de compétitions régionales où se mesurent les vieux gréements de sa catégorie.  
    D’abord appelé  Maréchal Pétain  puis, rebaptisé à la hâte Madhelios quand ce premier nom devint difficile à porter, et enfin Fre-Pat depuis 1980 par son dernier propriétaire M MESLIN Robert qui s’inspira des prénoms de ses enfants. 

     

    Il échappa à la démolition, dans les années 70, en s’orientant vers une nouvelle carrière, plus adaptée à son âge, de bateau de plaisance. Puis, M MESLIN perdant l'envie de naviguer le laissa peut à peut s'enfoncer dans l'oubli et la vase. 

     

    C'est en 2008 que, quelques habitués du Port du plomb, s'émurent de voir la vase engloutir ce survivant de la pêche d'antan. Ils allérent demander à M MESLIN si ils pouvaient renflouer le bateau ce dernier accepta à la condition que le FREPAT reste à son port d'attache le Port du Plomb. 

     


    Pour les charpentiers de marine amateurs que sont les bénévoles des « Vieux Gréements du Port du Plomb » la première opération fut de le sortir de la vase du Port du Plomb pour un transfert au corps de garde à Charron affin de          l'ausculter dans de bonnes conditions.  La coque était saine mais a tout de même demandée un calfatage et un coup de peinture. Le pont aussi a nécessité quelques travaux. Par contre l’examen de la mature, soit disant en bon état selon le propriétaire, les inquiéta d’avantage quand leur tournevis pénétra facilement de plusieurs centimètres dans le mât. Un poteau télégraphique qui se destinait à une situation terrestre et stable se vit proposer une carrière maritime. Taillé sur toute sa longueur pour reproduire le cône du mat d’origine il démissionna de l’administration des PTT pour devenir grand mât. (voir photos ci dessous 2008)

     

    Lors de sa reconversion à la plaisance son propriétaire l’agrémenta d’un roof que les premiers restaurateurs des "vieux gréements du Port du Plomb" crurent bon de démonter pour lui redonner son aspect d’origine et augmenter sa capacité d'accueil. 

     

    Le « Fre-Pat » a  retrouvé en 2009 son port d’attache au Plomb mais dorénavant sur l'eau et depuis participe aux rassemblements de vieux gréements tels que : « voiles de nuit » dans le vieux port de La Rochelle, ou la mise à l’eau de l’Hermione à Rochefort mais surtout sort en mer sans autre raison que promener les adhérents de l'association.  
    Ce bateau est le dernier survivant de ces canots de travail à voiles qui sillonnèrent les pertuis au 20em siècle.

     

    We use cookies

    Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.